L'ostéopathie pour les femmes enceintes

Pourquoi et quand aller chez l’ostéopathe ?

 

Les 9 mois de grossesse changent hormonalement et mécaniquement le corps de la femme. En effet l'utérus grossit de plus en plus, poussant ainsi l'estomac vers le haut, la vessie vers le bas, la cambrure s'accentue tout comme la prise de poids.

 

Ces changements peuvent parfois affecter le bon déroulement de la grossesse puis de l'accouchement.

 

Comme beaucoup de médicaments sont contre-indiqués, l'ostéopathie, de part ses méthodes douces et adaptées, permet de soulager bien des maux de manière naturelle.

 

 

 

 

 

 

Avant la grossesse

 

Dans le but de préparer l'arrivée du fœtus et optimiser la mobilité du bassin et de l'appareil gynécologique.

 

 

Pendant la grossesse

 

L'ostéopathe aide le corps à s'adapter aux changements morphologiques liés à la croissance du bébé. Il intervient aussi sur les problèmes de transit, les sciatiques et la gêne respiratoire, liés à la grossesse.

 

Votre ostéopathe Alice Bordillon a suivi une formation post-graduée à Paris afin d'optimiser la prise en charge des femmes enceintes et de leurs nourrissons. Elle vous proposera également une préparation ostéopathique à l'accouchement, méthode douce et novatrice, aidant à mieux vivre la fin de grossesse et à gérer l'arrivée des premières contractions. Attention, cette préparation n'exclut en rien celle de la sage-femme, elle est complémentaire.

 

 

Après l’accouchement

 

L'ostéopathe intervient en moyenne 6 à 8 semaines après l'accouchement afin que l'utérus commence à reprendre sa place, et avant la rééducation du périnée.

 

Les structures ultra sollicitées pendant la grossesse puis pendant l'accouchement telles que le bassin, les lombaires, la sphère viscérale, etc., seront rééquilibrées et retrouveront leur mobilité d'avant grossesse.

 

L'ostéopathie pour les nouveaux-nés et les tout-petits

Pourquoi aller chez l’ostéopathe ?

 

La fin de grossesse puis l'accouchement sont des périodes pleines de contraintes pour votre bébé:

 

En fin de grossesse, il ne reste plus beaucoup de place au bébé. Il a le plus souvent la tête en bas, en contact direct avec le bassin de sa mère. Une mauvaise posture prolongée peut déséquilibrer la tonicité musculaire et la mobilité des articulations du crâne du bébé.

 

L'accouchement par voie basse, même s'il est naturel, créé une forte pression sur le crâne de votre enfant. Heureusement il n'est pas encore ossifié et reste donc très malléable, précisément pour lui permettre le passage vers la sortie. Selon la durée et l'utilisation ou non de ventouses ou forceps, le crâne de votre bébé peut alors avoir une forme non physiologique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand aller chez l’ostéopathe ?

 

Afin d'attendre que votre enfant soit bien remis de l'accouchement, vous pouvez l'emmener chez l'ostéopathe à partir de 3 semaines. Son crâne déformé par l'accouchement pourra alors être travaillé en douceur, mais aussi pour des problèmes de régurgitation, de coliques et de rotation de tête.

 

Votre ostéopathe Alice Bordillon ayant une double formation en la matière (une sixième année au sein de son école pour une spécialisation en périnatalité puis une formation post-graduée à Paris pour parfaire ses connaissances dans cette spécialité), elle sera à même de vous proposer la prise en charge la plus adaptée à vos besoins.

 

L'ostéopathie pour les enfants & adolescents

Pourquoi aller chez l’ostéopathe ?

 

L'enfance et l'adolescence sont des périodes de la vie où le corps subit le plus de changements, il est en pleine construction !

 

À cette croissance s'ajoutent de multiples facteurs extérieurs pouvant perturber l'équilibre de votre enfant : l'apprentissage de la marche avec toutes les chutes que cela implique, les activités physiques, l'apprentissage d'un instrument de musique (souvent accompagné de postures asymétriques), l'orthodontie, le poids du cartable, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand aller chez l’ostéopathe ?

 

L'intervention de votre ostéopathe 1 à 2 fois par an sur votre enfant permet, par des techniques douces et adaptées à son âge, de l'aider à s'adapter à son nouvel environnement et à maximiser sa mobilité lors de sa croissance.


 

Quelques exemples de cas concrets où l'ostéopathie a toute sa place :

 

→ Début de la marche ;

→ Début d'une activité sportive et/ou artistique ;

→ Le diagnostic d'une scoliose ;

→ Le diagnostic d'une éphiphysite de croissance (maladie de Sever, d'Osgood-Schlatter ou de Scheuermann) ;

→ Prise en charge en orthodontie (entraînant souvent des effets secondaires tels que maux de tête, vertiges et cervicalgies) ;

→ Troubles de concentration à l'école.

 

L'ostéopathie pour les adultes

Pourquoi aller chez l’ostéopathe ?

 

Les études statistiques prouvent que 93% des français souffrent du dos, on parle même de « mal du siècle ». L'assurance maladie elle-même s'est penchée sur le sujet en créant un slogan « mal de dos ? Le bon traitement c'est le mouvement » et propose une série d'exercices sur son site internet.

 

L'ostéopathie est la thérapeutique par excellence qui redonne un maximum de mobilité à votre corps. Cette prise en charge, accompagnée d'une activité physique régulière, améliore et optimise votre santé.

 

 

 

 

 

Quand aller chez l’ostéopathe ?

 

Il existe deux principales raisons pour consulter votre ostéopathe :

 

 

La première, et la plus fréquente, concerne des douleurs installées récemment ou non et qui perturbent votre quotidien. Elles peuvent être liées :

     → à un accident (chute, accident de la route, de ski, de vélo...) ;

     → à un faux mouvement ;

     → à un choc psychologique ;

     → à une mauvaise posture au travail accompagnée parfois de mouvements répétitifs.

 

Votre ostéopathe aura alors une action curative.

 

 

La deuxième raison est plus une visite d'anticipation : vous savez qu'avec votre travail et sa pénibilité, le stress qu'il engendre, le surmenage, la fatigue, vos mauvaises postures quotidiennes ou simplement votre activité physique, votre corps finit systématiquement par vous rappeler à l'ordre avec des douleurs qui s'installent.

 

Pensez alors à prendre rendez-vous 2 à 3 fois par an par anticipation, ce qui permettra d'éviter d'arriver au stade douloureux.

 

Votre ostéopathe aura alors une action préventive.

 

 

► Autres cas où il est indiqué de consulter :

     → suite à une chirurgie ;

     → après une entorse ;

     → accompagnement lors d'un burn-out ;

     → avant d'aller chez le podologue ;

     → en complément d'une prise en charge en kinésithérapie (en fonction de votre pathologie).

 

L'ostéopathie pour les seniors

Pourquoi aller chez l’ostéopathe ?


L'ostéopathe possède un panel de techniques adaptées à tout âge : il ne soignera pas de la même façon un adolescent et une personne de 70 ans.

 

Chez les seniors, des pathologies telles que les troubles digestifs, la diminution de la mobilité articulaire, les ballonnements et les raideurs multiples peuvent être soulagées de manière significative par l'ostéopathie.

 

De plus, les douleurs occasionnées par ces troubles conduisent bien souvent à de mauvaises postures qui à terme augmentent les zones de tension dans tout le corps.

 

Certes il est logique que ce dernier s'use avec les années qui passent, cependant votre ostéopathe peut vous aider à mieux vivre avec vos raideurs en redonnant à votre corps une meilleure mobilité.

 

 

 

 

 

 

Quand aller chez l’ostéopathe ?

 

Comme expliqué dans le paragraphe précédant, vous pouvez consulter votre ostéopathe pour du curatif , c'est à dire un motif de consultation bien précis. Vous pouvez également consulter en préventif (par anticipation), car vous connaissez bien votre corps et savez qu'une « remise à niveau » tous les 4 à 6 mois vous procure un confort sur le long terme.

 

De plus, vous pouvez consulter votre ostéopathe dans d'autres situations :

         - suite à une chirurgie ;

         - après une entorse ;

         - accompagnement lors d'un burn-out ou d'une dépression ;

         - avant d'aller consulter un podologue ;

         - en complément d'une prise en charge en kinésithérapie (en fonction de votre pathologie).

 

L'ostéopathie pour les sportifs

Pourquoi aller chez l’ostéopathe lorsque l'on est sportif ?

 

Actuellement, la quasi totalité des grandes équipes sportives compte un ostéopathe parmi leur staff médical/para-médical. Il n'est plus à prouver que l'ostéopathie a trois rôles majeurs auprès des sportifs :

 

     ► Préparation du corps à l'effort physique (optimisation de la mobilité globale) ;

 

     ► Accompagnement sur le terrain pour gérer en direct les micro-traumatismes ;

 

     ► Rééquilibrage post-effort, aide à la récupération.

 

Cette prise en charge en trois temps améliore d'une manière significative et sur le long terme les performances des athlètes.

 

 

 

 

L’ostéopathie du sport, pour quels sportifs ?

 

L'ostéopathie du sport s'adresse à tout type de sportif, qu'il soit professionnel, semi-professionnel ou simplement amateur.

 

Lors de la pratique du sport, le corps subit des traumatismes plus ou moins importants. Consulter votre ostéopathe à titre préventif permet de lever les dysfonctions inhérentes à ces traumatismes et par conséquent éviter que de mauvaises compensations s'installent.

 

Les interventions à visées curatives sont fréquentes en cas d'entorses, de déchirures musculaires ou ligamentaires, de mauvaises chutes, etc.

 

Ostéopathie au travail

Ostéopathie, contraintes physiques professionnelles et postures au travail

 

La posture au travail est l'une des principales responsables de vos douleurs. En effet, vous passez une moyenne de 35 heures au travail, soit 140 heures par mois, dans des postures peu voire pas adaptées à votre corps. Ajoutez à cela le stress, l'hypersollicitation permanente et vous obtiendrez des résultats désastreux : burn-out, TMS, etc

 

Les TMS, ou troubles musculosquelettiques, sont la première cause de maladie professionnelle et ils sont en constante augmentation. Ils recouvrent diverses maladies liées aux postures de travail, aux efforts excessifs et aux gestes répétitifs en milieu professionnel.

 

Ils touchent les muscles, les tendons et les nerfs , et s'expriment souvent par :

     → Des douleurs peri-articulaires ;

     → Des raideurs ;

     → Une maladresse liée à une perte de précision dûe à la douleur ;

     → Une perte de force

 

Le terme TMS recouvre un grand nombre de pathologies. Parmi les plus courantes, on retrouve :

     → Le syndrôme du canal carpien ;

     → Des épicondylites ;

     → Des tendinites de la coiffe au niveau des rotateurs de l'épaule ;

     → Des cervicalgies, dorsalgies et lombalgies.

 

L'ostéopathie est la discipline médicale la plus à même de lutter contre les TMS. C'est la répétition des gestes et le maintien d'une même position qui est responsable de l'apparition des TMS. C'est précisement le travail de l’ostéopathe que de redonner de la mobilité au corps.

 

 

 

 

L’ostéopathie et stress lié au travail

 

Le stress au travail, en plus des postures professionnels et des TMS, est également responsable de douleurs chroniques.

 

20% des salariés déclarent souffrir de troubles de santé liés au stress au travail (Source INRS). Le stress provient des agressions extérieures que subit l’organisme : bruit, surmenage, pression, conflits… Il provoque des modifications dans le corps comme système de défense.

 

Les principaux symptômes, variés et souvent combinés, sont :

     → Douleurs musculaires et articulaires ;

     → Mal de dos ;

     → Maux de tête, troubles du sommeil ;

     → Nervosité, voire agressivité ;

     → Troubles de l’appétit et de la digestion ;

     → Palpitations ;

     → Sueurs inhabituelles.

 

L’ostéopathie propose une réponse thérapeutique pour les patients souffrant de ces symptômes. Le rééquilibrage du corps peut , selon les cas, être obtenu de différentes manières :

     → Travail sur le système nerveux avec des techniques crâniennes adaptées ;

     → Travail sur les tissus environnants les viscères grâce à des techniques dédiées à la sphère viscérale ;

     → Travail pour soulager les tensions musculaires accumulées via des techniques tissulaires et/ou respiratoires.

Retrouvez-moi

Pour ne rien manquer